5 minutes avec le Professeur Mary Teuw Niane, ancien Ministre de l’Enseignement supérieur de la République du Sénégal

March 3, 2020

«Grâce à la recherche et à l’innovation, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud ont acquis la possibilité de pouvoir copier et produire des produits pharmaceutiques qui ont obligé les multinationales à baisser les prix.»

1.Next Einstein Forum : Quelle est votre analyse du système éducatif africain à l’heure actuelle ?

Mary Teuw Niane: Malgré des progrès notables, le système éducatif africain demeure en deçà des besoins, des attentes et, surtout, fonctionne plus par l’échec, que par le succès. Son développement est insuffisant face à la jeunesse de la population africaine et l’importance de sa croissance démocraphique. Les STEM et la formation professionnelle restent toujours les parents pauvres du système. Le nombre, les spécialités et la qualité des formateurs constituent des contraintes dans beaucoup de pays. Faire des travaux pratiques et des travaux d’atelier sont un luxe que beaucoup d’élèves du niveau secondaire ne peuvent pas s’offrir. La pédagogie est en général très classique, suscitant très peu de vocations, particulièrement scientifiques et techniques. En résumé, le système éducatif africain favorise très peu la créativité et le développement d’un leadership fort qui soit au service du continent et à la construction d’une jeunesse imbue de valeurs et de vertus.

2. Est-il à la hauteur des enjeux du continent ?

M.T.N.: Malheureusement, il ne peut pas être considéré, en ce moment, comme un levier du développement économique, social et culturel de l’Afrique. En effet, il n’est toujours pas en mesure de fournir la masse critique de compétences dont le continent a besoin, ce encore moins dans les domaines des connaissances, du savoir-faire, des technologies et des innovations. Autant d’éléments qui sont indispensables à l’émancipation économique et sociale de l’Afrique. Son instabilité, particulièrement dans les pays francophones, constitue un handicap très sérieux. En d’autres termes, je dirais que l’École africaine n’est pas encore l’École de la société africaine.

3.D’après plusieurs experts, la 4ème révolution industrielle aura des répercussions sans précédent sur la chaine des valeurs de l’économie et 65% des africains qui sont actuellement à l’école primaire sont formés pour des emplois qui n’existent pas encore. Dans ce contexte, faut-il repenser en profondeur les méthodes d’apprentissage et la manière dont les professeurs enseignent?

M.T.N.: Tout le système éducatif a besoin de profondes réformes. Des changements qui vont de la question de l’accès, de la qualité, de la diversification des filières et de leur professionnalisation, à la relation avec le monde socio-économique et son implication directe dans la formation, ce avec la prise en charge du numérique sous tous ses aspects. C’est un vaste chantier qui demande du temps pour produire des résultats. Les sciences fondamentales devraient y avoir une place importante, de même que les méthodes pédagogiques qui favorisent l’autonomisation des apprenants, développent leur esprit de créativité et favorisent leur immersion dans l’entreprise et les communautés. Tout le système éducatif a besoin de profondes réformes. Des changements qui vont de la question de l’accès, de la qualité, de la diversification des filières et de leur professionnalisation, à la relation avec le monde socio-économique et son implication directe dans la formation, ce avec la prise en charge du numérique sous tous ses aspects. C’est un vaste chantier qui demande du temps pour produire des résultats. Les sciences fondamentales devraient y avoir une place importante, de même que les méthodes pédagogiques qui favorisent l’autonomisation des apprenants, développent leur esprit de créativité et favorisent leur immersion dans l’entreprise et les communautés.

4.De quelle manière l’enseignement peut-il mieux contribuer à faire émerger des talents africains capables de répondre aux exigences et à l’évolution du marché du travail ?

M.T.N. : Il faudrait proscrire le cours magistral, tout en développant l’esprit de la classe inversée et en valorisant l’« apprendre en réalisant » des projets d’entreprises au sein des entreprises avec un encadrement professionnel et académique, ce dans les communautés, les laboratoires voire les ateliers. Évidemment, une place conséquente devrait être donnée aux sciences et aux technologies émergentes, parmi lesquelles l’intelligence artificielle (IA), le Big Data, la robotique, la génétique moléculaire, la biotechnologie, les nanotechnologies, la cryptographie, la simulation numérique, le calcul scientifique et la modélisation.

5. La recherche et l’innovation peuvent-elles y jouer un rôle prépondérant?

M.T.N.: Effectivement, c’est la recherche et l’innovation qui permettront à l’Afrique d’être collée au peloton de tête des pays émergents, de préparer son capital humain pour avoir une capacité d’adaptation et d’anticipation et, enfin, de produire les connaissances et les innovations dont le continent a besoin pour ensuite l’exporter vers d’autres marchés. C’est elles aussi qui aideront les pays africains à posséder une plus grande maîtrise de leurs ressources naturelles et d’en tirer profit. L’histoire de l’abaissement du coût des antirétroviraux, par exemple, devrait nous édifier sur la place que doivent avoir la recherche et l’innovation. En effet, l’Inde, le Brésil et l’Afrique du Sud ont acquis la possibilité de pouvoir copier et produire des produits pharmaceutiques qui ont obligé les multinationales à baisser les prix.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *